Chère lectrice, cher lecteur,

Bizarre, vous avez dit bizarre…

Le docteur R., rhumatologue à la retraite, serait-il allergique…au sud-ouest de la France ?? [1]

La question mérite d’être posée parce que lorsqu’il est dans sa maison de Deauville (Calvados), notre médecin passe des journées agréables sans ressentir le moindre mal de tête.

Mais lorsqu’il s’installe à Biarritz, où il va souvent, c’est l’enfer dans son crâne.

Il ressent brusquement d’intenses céphalées qu’il n’éprouve jamais en Normandie…

La différence entre les deux maisons ?

Celle de la cote basque a été équipée avec un compteur connecté Linky, installé juste à côté des chambres à coucher…

Oui, LE fameux compteur Linky, qui utilise pour récolter et transmettre les données sur la consommation électrique de ses clients, des «courants porteurs en ligne» (CPL), générant des radiofréquences situées entre 35 et 95 kHz, qui transforment le circuit électrique des clients en antenne.

Vous voyez où je veux en venir : ce seraient peut-être les « ondes » qui entraîneraient les maux de tête du médecin ?

Pas d’après la société ENEDIS en tout cas…

Pour cette entreprise qui installe les compteurs Linky à marche forcée dans la France entière – 35 000 unités par jour – « l’hypersensibilité aux ondes », ça n’existe pas !!

La preuve, dit-elle, c’est que « l’Ordre des médecins ne reconnaît pas l’électro-hypersensibilité »…

J’en conclus que c’est donc « le pays basque » qui tape sur le crâne de notre pauvre rhumatologue.

A moins que…

La maladie qui existe…ailleurs qu’en France

A moins que les autorités soient une fois de plus en train de nous raconter n’importe quoi.

Ce qui, il faut le dire, n’est pas du tout exclu…

D’abord parce qu’il existe des pays, comme la Suède par exemple, où l’électro-hypersensibilité est une maladie reconnue, aux symptômes parfaitement identifiés : maux de tête, nausées, dépression, insomnie, douleurs articulaires ou musculaires, troubles du rythme cardiaque, etc. [2]

Ensuite parce que certains scientifiques avancent une hypothèses pour expliquer cette électro-hypersensibilité : la présence dans les cellules du cerveau de cristaux de magnétite [3], sorte de petits aimants naturels qui se mettent à osciller au contact d’ondes électromagnétiques [4].

Imaginez ce qui se passe dans une cellule nerveuse exposée à un champ magnétique :

Tous les petits aimants de magnétite vont vouloir  «  suivre  » le champ, et changer de sens en même temps que lui. Comme le champ change de sens 50 ou 60 fois par secondes, les aimants vont entrer en vibration.

Sur le long terme, cette vibration entraînerait ainsi un effet irritatif susceptible de provoquer des perturbations physiologiques.

Il y a un « loup »

Ensuite, pour une maladie qui n’existe pas, elle suscite tout de même pas mal d’inquiétudes…

Dans un avis de juin 2017, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande notamment d’étudier la possibilité d’installer des filtres «permettant d’éviter la propagation des signaux CPL» dans les logements, et fait état « d’incertitudes sur les effets sanitaires» [5]

Des incertitudes qui n’ont pas empêché l’«évaluateur officiel» du compteur Linky, le groupe de conseil en technologie Capgemini, de recommander de poursuivre le déploiement de ces appareils.

Mais devinez-quoi ? Là aussi, il y a un « loup »…

Il se trouve que cette même société Capgemini, chargée de donner son avis sur la poursuite de l’installation du compteur, s’est vue AUSSI confier par ENEDIS deux juteux contrats liés au déploiement de Linky [6]

Nous avons là une des spécialités du monde économico-sanitaire à la française : un bon vieux conflit d’intérêt. Celui qui fait passer le profit avant la santé, et qui a donné les plus beaux scandales sanitaires que le monde nous envie…

Et puis, il y a un dernier élément, qui devrait aussi nous inquiéter : il y a bien longtemps maintenant (depuis 2001) que les compagnies d’assurance ont pris la « précaution » de cesser d’indemniser tout risque lié aux ondes électromagnétiques, comme elles l’avaient fait pour l’amiante…

Toutes ces incertitudes devraient inciter nos autorités au plus élémentaire des principes, celui de la précaution vis-à-vis de Linky.

Mais ce n’est pas, hélas, le choix qu’elles ont fait.

Le nouveau compteur Linky est déjà entré dans 11 millions de foyers, et le législateur a imposé à Enedis de couvrir le territoire, c’est-à-dire d’installer quelque 35 millions de compteurs d’ici 2021.

Leur stratégie est évidente : équiper les foyers Français coûte que coûte, et une fois qu’il ne sera plus possible de faire marche arrière, proposer « quelques améliorations techniques ».

En clair, reconnaître du bout des lèvres, quand il sera trop tard, que LINKY pose quelques problèmes « mineurs ».

Seulement on peut dès aujourd’hui que certains de ces problèmes RISQUENT DE NE PAS ETRE MINEURS DU TOUT.

Ça commence à faire beaucoup…

Je vous l’ai dit plus haut : pour fonctionner, Linky « injecte des radiofréquences CPL (courant porteur en ligne, entre 63 et 95 mégaherz) dans tous les câbles et appareils électriques d’une maison ou d’un immeuble » [7].

Or ces équipements « ne sont pas prévus pour cela, et ne sont pas blindés » [8], d’après la journaliste scientifique Annie Lobé, spécialiste des ondes électromagnétiques.

La conséquence est que les radiofréquences se retrouvent dans l’air environnant, « mesurables jusqu’à 2,50 mètres de tous les câbles encastrés dans les murs, les fils électriques apparents et les appareils eux-mêmes, y compris les lampes de chevet ».

Une école californienne, qui avait été pionnière dans l’installation de compteurs communicants a constaté des effets CATASTROPHIQUES sur la santé des enseignants et des élèves :

Sur les 137 recrutés entre 1988 et 2005 dans cette école, 16 étaient atteints de cancer, dont deux de double-cancer aux localisations diverses, parmi lesquelles : thyroïde, utérus, mélanomes malins.

Le risque de cancer corrélé spécifiquement avec l’exposition aux radiofréquences émises par les compteurs communicants était augmenté de 21 % pour une seule année de présence. !

Il faut rappeler qu’en 2007, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) estimait déjà qu’il existait un rapport statistique entre l’exposition aux ondes et les leucémies chez les enfants [9].

Depuis 2011, les radiofréquences sont reconnues « potentiellement cancérigènes » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

En 2012, un rapport du BioInitiative Working Group sur  plus de 3000 travaux scientifiques indépendants, a conclu que l’exposition aux ondes électromagnétiques est responsable d’une augmentation significative des risques de cancer, de perturbation du sommeil, d’altération du patrimoine génétique, etc. [10]

Pour des risques « mineurs », je trouve que ça commence à faire beaucoup…

La société Enedis ne peut d’ailleurs absolument pas l’ignorer.  

La mère d’un petit garçon épileptique vient en effet d’obtenir de la part de l’entreprise qu’elle ré-installe un ancien compteur, son fils faisant « 50 % de crises en plus » après l’installation de Linky [11].

D’après Enedis, il ne s’agit que d’un « geste d’apaisement », et en aucun cas d’une quelconque  reconnaissance de l’existence de l’hyper-électrosensibilité.

Bien sûr…

En attendant, partout en France, des initiatives d’information et d’alerte se multiplient autour du compteur Linky, alors qu’on le soupçonne aussi maintenant d’être la cause de plusieurs départs d’incendie, comme en témoignent ces coupures de presse [12] :

Là-encore, l’installateur fait la sourde oreille. « Cela n’a rien à voir avec Linky »…

Mais la fronde gagne de plus en plus de communes, qui s’organisent pour refuser l’installation [13].

Face au mur d’indifférence et de mépris des autorités, une GRANDE PETITION NATIONALE a été lancée pour « suspendre l’installation forcée de Linky », en attendant d’obtenir les réponses aux questions légitimes que ce nouveau compteur suscite.

Je viens de la signer et vous invite bien sûr à vous associer à cette initiative : signez et partagez cette pétition en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Santé !

Gabriel Combris

Sources :

[1] https://www.francetvinfo.fr/economie/linky/je-n-ai-pas-envie-de-prendre-des-risques-pour-la-sante-de-mon-enfant-comment-des-anti-linky-ont-decide-d-attaquer-enedis-en-justice_3134803.html

[2] www.electrosensible.org.

[3] https://www.bio-infos-sante.fr/interview-professeur-yves-rocard-douter-lhomme-soit-etre-magnetique/

[4] http://ehs-action.org/nocivite-et-etudes-des-champs-magnetiques/

[5] http://www.lefigaro.fr/conso/2019/02/19/20010-20190219ARTFIG00008-les-compteurs-linky-de-nouveau-en-accusation.php

[6] id.

[7] http://www.alternativesante.fr/ondes-electromagnetiques/pourquoi-il-faut-refuser-linky-le-nouveau-compteur-d-edf

[8] id.

[9] https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Champs_electromagnetiques_extremement_basse_frequence_DGS_2014.pdf

[10] BioInitiative report: A rationale for Biologically-based exposure standards for lw-intensity electromagnetic radition, BioInitiative Working Group 2012: http://www.bioinitiative.org/

[11] https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/09/2718276-fils-souffre-epilepsie-enedis-accepte-retirer-compteur-linky-apres-an.html

[12] http://refus.linky.gazpar.free.fr/incendies-linky.htm

[13] http://refus.linky.gazpar.free.fr/