Chère lectrice, cher lecteur,

La médecine énergétique est un sujet fascinant, immense, mais qui se heurte encore à une résistance farouche, certains refusant d’admettre que la maladie puisse être la conséquence d’un déséquilibre immatériel.

Et comme d’habitude, les arguments du « manque de preuves scientifiques » ou de « l’effet placebo » sont généralement invoqués lorsqu’il s’agit d’expliquer ce qu’on ne comprend pas, et en particulier les « guérisons énergétiques ».

Seulement cette fois, il y a un hic.

Une fantastique découverte faite au début de l’année 2018 par une équipe de recherche américaine, ouvre en effet des perspectives immenses à de nouvelles approches thérapeutiques fondées sur circulation de l’information et de l’énergie.

 Pour vous la faire courte, les chercheurs ont tout simplement découvert que vous aviez un nouvel organe : on l’appelle l’interstitium.

 Champagne ? C’est vous qui voyez, mais vous allez voir que cela pourrait ouvrir des perspectives de soin radicalement nouvelles.

L’interstitium est une sorte de « couche de tissus aux interstices remplis de fluide et qui courrait dans l’ensemble de notre corps », qu’ils viennent seulement d’identifier et à qui ils attribuent le statut, provisoire pour l’instant, de 80ème organe.

Une autoroute liquide dans le corps

Jusqu’ici, pas de quoi passionner non plus les chaumières, mais là où leur découverte suscite un réel intérêt, c’est lorsqu’ils affirment que ce « nouvel organe », et son fonctionnement, pourrait apporter un nouvel éclairage sur « la fonction de tous les organes, de la plupart des tissus et des mécanismes de la plupart des maladies majeures« [1].

Situé sous notre épiderme, recouvrant l’appareil digestif, les poumons, l’appareil urinaire, entourant artères, veines et le fascia qui enveloppe nos muscles, il est constitué de compartiments inter-connectés et remplis de liquide.

Il fait la jonction de notre être tout entier.

Pour reprendre une image plus simple, c’est un ensemble de « compartiments » situés sous la peau, et emplis de fluide, qui fait la jonction de notre corps tout entier.

Une « autoroute liquide » disent ses découvreurs.

Les auteurs de la découverte pensent que cette fluidité de la circulation pourrait expliquer comment certains cancers qui s’en prennent à l’interstitium pourraient circuler plus rapidement dans le corps.

Le site internet Sciences et Avenir explique comment cette découverte tardive a été faite…par hasard :

« Ce n’est que par hasard que le nouvel organe potentiel a été découvert, lors d’une observation employant la récente technique d’endomicroscopie confocale sur un patient atteint d’un cancer. »

« Au cours de cet examen, les médecins ont observé un ensemble de cavités dont l’existence n’avait encore jamais été reportée. Ils ont alors décidé de mener des analyses plus poussées qui ont révélé comment l’interstitium avait pu échapper aux radars pendant si longtemps.

En effet, lors d’une observation au microscope, il est nécessaire de « fixer » l’échantillon à l’aide de traitements chimiques et de colorants. Ceux-ci révèlent bel et bien les structures solides mais éliminent toute trace liquide. En l’absence de fluide, la microarchitecture protéique qui compose les poches de l’interstitium s’effondre et il devient alors impossible d’observer l’organe tel qu’il apparaît dans le corps humain. On se retrouve face à un ensemble de ruines dont il est impossible de tirer du sens. »[2]

Et concrètement, ça sert à quoi ?

Là où la découverte de l’interstitium pourrait prendre un tour fondamental, c’est qu’elle permettrait d’expliquer, via ce fluide, la circulation d’information et d’énergie à travers le corps humain.
Ce qui pourrait alors expliquer, selon le journaliste Xavier Bazin :

  • Pourquoi planter une aiguille d’acupuncture dans cet interstitium peut être thérapeutique ;
  • Pourquoi les manipulations ostéopathiques peuvent libérer certaines douleurs et effacer des pathologies ;
  • Et pourquoi la stimulation d’un point à un endroit du corps – les pieds, par exemple, dans la réflexologie plantaire – peut aider le foie ou les reins à fonctionner !

N’est-ce pas d’ailleurs la même approche, circulatoire et fluide, que propose la médecine chinoise, elle pour qui traiter les problèmes de peau suppose de s’intéresser aux…poumons, pour qui guérir le stress impose de se pencher sur notre foie, et pour qui soigner le corps veut dire interroger les vallées les plus reculées de…l’esprit.

C’est d’ailleurs ce que comprend lui aussi le chercheur James Oschman, auteur du livre « Médecine énergétique – les bases scientifiques », qui écrit :

« La médecine conventionnelle s’est principalement focalisée sur les différents organes et systèmes, en accordant relativement peu d’attention à la façon dont ils communiquent les uns avec les autres par l’intermédiaire de la matrice vivante ».

Le corps humain, dit-il, est une « matrice vivante ».

Et il n’y a rien d’étonnant à ce qu’une impulsion donnée à un endroit du corps, un événement qui se produit sur un organe, ait des conséquences en réseau…ailleurs.

Ce réseau est-il l’interstitium ? On peut aujourd’hui en faire l’hypothèse.

Oschman, lui, imaginait que chaque partie du corps constitue un réseau semi-conducteur électronique continu et interconnecté.

La santé totale, c’est la parfaite communication réciproque, c’est l’optimisation des flux de communication entre les parties du corps.

À l’inverse, l’accumulation de traumatismes physiques et émotionnels détériore les connexions. Les systèmes de réparation ne marchent plus aussi bien, le déséquilibre arrive et la maladie s’installe.

Je vous ai déjà donné de ce chiffre stupéfiant sur la véritable origine des maladies (voir ma lettre sur le sujet ici), et je trouve qu’on le comprend parfaitement à la lumière de l’explication du fonctionnement de l’insterstitium :

D’après l’Association Médicale Américaine (AMA), la plus importante association de médecins et d’étudiants en médecine des Etats-Unis, 75% des problèmes de santé sont causés par nos…émotions 3 !!! »

Car cela veut dire que contrairement à ce qu’on croit, la cause principale de l’immense majorité des maladies, ce n’est PAS la pollution, les perturbateurs endocriniens, la génétique, la malbouffe ou la sédentarité…

Ce sont nos émotions !

Des émotions négatives qui se coincent en nous comme des boules dans un flipper, et qui viennent heurter et heurter encore notre équilibre intérieur jusqu’à provoquer la maladie (dépression, cancer, diabète, troubles de la libido, du sommeil etc.).

Inversement, c’est bien l’équilibre de l’information à l’intérieur du corps que cherchent à rétablir les thérapies énergétiques.

Ce que disent à leur façon les découvreurs de l’interstitium :

« Les chercheurs voient également dans ce nouvel organe un potentiel rapport avec l’acupuncture, grâce à des « courants électriques » potentiellement générés par les faisceaux de protéines de l’interstitium lorsqu’elles se courbent dans l’espace sous la pression des organes en mouvement »

Nous n’en sommes qu’au début de cette fascinante découverte.

Mais elle valide déjà une hypothèse : le sérieux absolu des médecines énergétiques.

Santé !

Gabriel Combris

sources: 
1 https://nyulangone.org/press-releases/researchers-find-new-organ-missed-by-gold-standard-methods-for-visualizing-anatomy-disease
2 https://www.sciencesetavenir.fr/sante/decouverte-l-interstitium-le-potentiel-80e-organe-du-corps-humain-et-le-plus-grand_122536
3 BANYAN, Calvin D. The Secret Language of Feelings : A Rational Approach to Emotional Mastery, Banyan Hypnosis Center.